Le Fonds Victor

Un enfant qui lit sera un adulte qui pense

Dans le cadre du cours de français, Victor avait rédigé,
en octobre 2016, son autoportrait

Je m’appelle Victor Van de Woestyne et j’ai treize ans. Je suis né le 29 août durant la mémorable canicule de 2003. J’habite à Bruxelles, notre chère capitale. D’ailleurs, une grande partie de ma famille y vit aussi.

Mes cheveux sont brun clair, coupé court. J’ai des yeux châtains eux aussi, un nez, une bouche, deux oreilles en parfait état et cela me suffit amplement. Les gens autour de moi me définissent souvent comme un garçon sympathique… mais aussi un peu distrait.

J’ai trois sœurs et un frère. Tous sont déjà grands : la plus jeune, Louise, a 20 ans. Elle fait des études de droit et part emménager à Louvain-la-Neuve cette année. La deuxième, Alice, en a 22. Elle voudrait devenir pédiatre (comme ma mère) et entre en cinquième année de médecine. Cela fait longtemps qu’elle n’habite plus avec nous à la maison. Mon frère lui, aura bientôt 27 ans. Il vit à Lille depuis plusieurs années et est programmeur dans une petite entreprise pleine d’avenir. La plus grande, quant à elle, va fêter son trentième anniversaire en novembre. Elle est mariée et vit légèrement en dehors de Bruxelles. Tout cela implique que je vis en fait seul avec mes parents.

J’ai depuis toujours emprunté le chemin de l’école à pied. Toutes mes primaires se sont déroulées au Sacré-Cœur de Lindthout. Ce furent six années fantastiques mais cette première année à la Vierge Fidèle était encore bien meilleure !

J’ai entrepris de nombreux sports comme le basket, l’athlétisme ou encore le judo mais aucun d’entre eux ne me plaisait assez pour continuer à en faire. Je pense que les deux seuls sports qui m’ont finalement convenu sont le tennis et l’escalade, mais je ne nie pas que le vertige s’empare encore souvent de moi.

Une de mes grandes passions est de découvrir le monde, de nouveaux pays proches ou lointains, de nouvelles cultures : je ne m’en lasserai jamais.

Même si les possibilités sont innombrables, je ne sais pas encore quel métier je pratiquerai. Je pourrais devenir avocat, architecte ou encore journaliste, mais je ne pense pas que mon avenir soit derrière un bureau…